Construction de maison en Bretagne : conseils pour trouver le bon constructeur

Construction de maison

La Bretagne est une terre d’aventure, un terrain riche en histoire et aussi une région ayant une vie économique dynamique. Séduit par cette région, vous avez décidé de vous y installer en construisant une maison individuelle. C’est un magnifique projet dont la bonne réalisation va dépendre en grande partie du constructeur à qui vous allez confier la tâche. Pour ne pas vous tromper dans votre choix, découvrez les différents éléments à passer au crible.

Le savoir-faire et les compétences du constructeur

Pour choisir votre constructeur maison individuelle Bretagne, tenez compte de ses compétences techniques. Il doit maîtriser la réglementation thermique en vigueur et il doit être soumis à une obligation de résultat. Ainsi, votre maison doit avoir une consommation énergétique plafonnée à 50 kWh/m². Ceci inclut la ventilation, l’eau chaude sanitaire, le chauffage, le refroidissement et l’éclairage. La RT 2012 impose également aux constructions une étanchéité inférieure à 0,6 m3/(m². h). Ceci sera mesuré lors de la livraison de votre maison c’est-à-dire à la remise des clés.

Tous les corps de métiers sont concernés par cette obligation de résultat : électricien, maçon, etc. Pour être serein, l’idéal c’est de confier la construction de la maison de vos rêves à un constructeur de maison ayant beaucoup d’années d’expérience dans ce secteur à l’instar de maison MTB. Cette dernière travaille de longue date avec des artisans qualifiés. Le travail sera ainsi correctement réalisé. Pour en savoir plus, cliquez ici.

La qualité et le prix de la prestation

Un constructeur maison Bretagne jouant la transparence vous communiquera ses références sans que vous ne les lui demandez. Il vous invite même à visiter quelques-uns de ses chantiers et à discuter avec ses artisans. Cette visite vous permet d’avoir une idée de la qualité du travail et d’évaluer la propreté du chantier. Cela peut déjà vous aider dans votre prise de décision : retenir le constructeur ou en chercher un autre.

Quoi qu’il en soit, vous ne devez pas vous engager avec le premier constructeur que vous avez trouvé. Retenez-en trois ou quatre et faites une comparaison de leur savoir-faire, de la qualité de leur travail et aussi de leur tarif. Faites toutefois attention à un prix anormalement bas. Si un constructeur vous propose un prix largement inférieur à ceux des autres, cela peut révéler l’utilisation de matériaux de moindre qualité ou encore l’emploi d’artisans peu qualifiés ce qui augmente le risque de malfaçons.

Privilégiez aussi un constructeur avec qui vous vous entendez bien. Dès votre premier entretien, celui-ci doit vous inspirer confiance. Si vous ne vous sentez pas à l’aise ou si vous avez des doutes, il vaut mieux chercher une autre société.

Le contenu du contrat de construction de maison individuelle ou CCMI

Vous pouvez procéder à la recherche d’un constructeur maisons individuelles en utilisant la méthode du bouche-à-oreille ou en faisant des recherches sur Internet. Quelle que soit la méthode choisie, le constructeur à qui vous allez confier la réalisation de votre projet doit établir un contrat de construction de maison individuelle. Ce document doit être signé par les deux parties dont vous et le prestataire. Il est réglementé et a pour objectif de vous protéger.

Le CCMI doit faire figurer un certain nombre d’informations obligatoires à ne citer que le prix de la construction, le délai, les pénalités en cas de retard et les modalités de paiement. Le constructeur choisi doit aussi avoir souscrit à plusieurs garanties et celles-ci doivent être mentionnées clairement dans le contrat. La garantie décennale est obligatoire. Celle-ci vous protège pendant une durée de 10 ans sur les travaux relatifs à la structure de la maison.

Enfin, vous devez savoir que le constructeur choisi s’occupe de tout: de la réalisation des plans jusqu’à la livraison des clés en passant par les travaux de terrassement, d’installation électrique et de la plomberie.

Guide pratique sur l’usufruit
Investissement locatif meublé : guide pratique