Colocation : quelles sont les règles ?

La colocation s’apparente encore comme une alternative pour de nombreuses personnes en quête de logement. En effet, le fait de louer le même logement avec d’autres locataires fait toujours beaucoup d’intéressés, et ceci pour des raisons multiples. Non seulement partager la location d’un appartement ou d’une maison réduit les dépenses ; mais encore, il est plus facile de trouver un logement quand on se présente en tant que colocataire. Par ailleurs, c’est une option qui requiert le respect de certaines règles. Alors,  avant de vous y embarquer, prenez le temps de les connaître !

L’existence d’un contrat de location

Parmi les règles de la colocation, l’établissement et la signature d’un contrat de location en est une principale. C’est le seul document apte à prouver légalement l’existence d’une relation contractuelle entre le propriétaire et les locataires. Également, il précise tous les points essentiels relatifs à l’appartement, à savoir son état ainsi que les meubles intégrés. Et étant donné que la nature du bail peut différer, il y a deux types de contrats. Pour la conclusion d’un bail unique, un seul contrat est rédigé et tous les locataires doivent y apposer leurs signatures. Quant au système de bail à plusieurs, chaque colocataire reçoit un contrat et en fait la signature. Sachez que pour avoir la qualité de locataire, une personne doit obligatoirement signer le document ; faute de quoi, elle sera considérée comme un simple occupant.

État des lieux, le dépôt de garantie et la caution

Avant l’installation des nouveaux locataires, il est impératif de procéder à l’état des lieux d’entrée. La présence des deux parties, à savoir le propriétaire et les locataires, est requise lors de cette procédure, qui vise à notifier l’état de l’endroit, tout en  répertoriant les éventuels défauts et vices déjà sur place. Et c’est suite au résultat que le montant de la garantie est déterminé. Le dépôt de garantie par les locataires fait partie des principales règles de la colocation. Bien sûr, le bailleur remettra la somme au dernier colocataire à l’achèvement du contrat. Mais à cela s’ajoute aussi la caution. Il s’agit d’une obligation incombant à chaque locataire. Ce dernier doit obtenir l’engagement par écrit d’une tierce personne, qui va régler le loyer et toutes les charges locatives à sa place en cas d’impossibilité. Dans bien des cas, il se peut aussi qu’une même personne cautionne l’ensemble des colocataires.

La souscription d’une assurance

Selon la loi y relative, les colocataires sont tenus d’assurer le logement qu’ils louent ; et ils doivent, de ce fait, fournir une attestation d’assurance au bailleur tous les ans. Les règles de la colocation précisent même qu’ils doivent souscrire une formule couvrant au moins les risques locatifs fréquents, tels que les risques d’incendie, de dégâts des eaux ou encore d’explosion. Toutefois, il faut souligner qu’ils ont le choix entre une formule d’assurance collective et une autre individuelle.

Quelles aides au logement pour la colocation ?